¡Asado, Vino y Manu Chao!

Après un peu plus de 6 000km, le voyage touche à sa fin… Mais avant de tirer les conclusions, retour sur les derniers km boliviens, le périple Argentin et… Uruguayen!

Far West Bolivien 

Il nous reste 300km et 6 000m de D+ entre Uyuni et la frontière Argentine. Ce sera l’occasion de passer nos derniers cols à plus de 4 000m. On se rend d’ailleurs compte qu’on est forme car ça passera (presque) tout seul. On roulera une aprem avec Raymond, un drôle de spécimen estonien, qui parcours en 7 mois les 25 000 km entre l’Alaska et Ushuaïa… On vous évite de sortir les calculettes : sans jour de repos, ça fait en moyenne 120km/jour…

Nous on n’en pas là, et ça nous va très bien 🙂 On passera notre jour de repos dans l’impressionnant « Far West Bolivien ».

Sur la route, on passe au bon moment mais les stigmates sont encore là : pas mal de barrages de terre ou de cailloux, les anti-Morales ayant décidés de bloquer le pays pour contester le résultat des élections présidentielles quelques jours plus tôt. On passe la frontière Argentine sans encombre pour ce que l’on pense être notre dernier pays…

Argentina, nous voilà!

Le but est de rejoindre Salta par la Quebrada de Humahuaca. Avec toutes ces couleurs rougeoyantes, c’est beau voire somptueux par moment. En revanche niveau route, il y aura un peu trop de trafic pour nous. Pour les motards voyageurs, par contre, cette Ruta 9 semble être the place to be vu le nombre aperçus sur le chemin.
Sur le papier, c’est easy avec pas mal de D-, mais dans les faits il y a un énorme vent de face qui rend certaines étapes pas que agréable 🙂
On prendra le temps de visiter les charmants petits villages des alentours et faire quelques petites rando (montagne 14 couleurs, Quebrada de la Señorita…).
On n’hésite pas à s’arrêter 1, 2 ou 3 jours par moments. Les rencontres sont chouettes, on en profite bien.

Passé Salta, on décide d’aller jusqu’à Cafayate, ça tombe bien; la route qui y mène est une route des vins 🙂 Sur le chemin, on rencontre par hasard nos copains cyclos Laure et Lionel. Ça fait plaisir et c’est l’occasion de goûter le vin du coin 😉

On passe par la magnifique Quebrada de las Conchas et nous voilà à Cafayate. Malheureusement, on mettra un peu de temps à profiter de ce chouette endroit à cause d’une belle intox alimentaire chopée dès le 1er soir. Antoine se remettra un peu plus rapidement, et profitera pour visiter les bodegas du vignoble, réputé le plus haut du monde et ainsi en savoir un peu plus sur le Malbec et le Torrontes 🙂
On n’est pas les seuls cyclos dans le coin, on passe quelques soirées avec les So far so good et les Outdoor roamer et c’est toujours aussi sympas de papoter avec nos semblables 🙂
On retrouve aussi le temps d’un apéro Manon et Germain, avec qui on avait bien rigolé à Sajama.

On se tâte un peu avec la suite à venir : la route jusqu’à Mendoza est réputée monotone, idem pour la pampa jusqu’à Buenos Aires et du coup le reste en Argentine demande pas mal de bus… On a entendu parlé de l’Uruguay, de sa belle côte et de ses grandes plages et ça nous branche bien de finir le trip comme ça 🙂 Du coup on met cap (≃ 24h en bus) vers Buenos Aires. De là, il y aura 1h de ferry jusqu’à Colonia en Uruguay!

Manu Chao, Asado, Rodéo

Avant de prendre le ferry, on passe 2 jours à BA.  On se fait d’abord naïvement avoir en voulant acheter des fausses places au black pour aller voir jouer Boca Juniors… Au moins, cela concluait en beauté la loi des séries négatives après s’être fait volé dans la chambre de l’hostel l’équivalent de 250e à Cafayate… Mais la roue tourne toujours, et c’est avec un immense bonheur que nous avons la chance d’assister à un concert de Manu Chao à Buenos Aires 🙂 Petite salle, énorme ambiance 🙂

Le lendemain nous posons les pieds à Colonia pour 12 jours Uruguayens… Le feeling est bon direct. Petit pays de 3.5 millions d’habitants, les gens sont supers accueillants. Les 1er jours on longe le Rio Plata jusqu’à Montevideo.
En campant dans un jardin, on a la chance de tomber sur le spécialiste de la pompe à compression, qui réparera celle du réchaud en panne depuis 2 semaines. Vous vous demandez sûrement mais comment ont-ils fait pendant 2 semaines (?!) la réponse est là : 2 canettes de bière et de l’alcool à 90 🙂

On arrive à Montevideo, qui est à ce jour notre capitale préférée d’Amérique du sud, belle, à taille humaine, culturellement riche, des plages en centre-ville etc. On passe la soirée avec Inés, une copine uruguayenne qui nous fera découvrir tout ça.
On fait ensuite une petite étape pour rester 2/3 jours dans un camping. Chouette ambiance où tous les voyageurs sont en van ou à moto. On en profite pour connaître le vin uruguayen avec son fameux cépage Tannat…

On continue en longeant la côte, le rythme est cool : 40/50km en matinée, plage/baignade, une vingtaine de km l’après midi, puis replage/baignade. On s’y fait rapidement.

On fini à Paloma, le programme est le même qu’énoncé ci-dessus sans le vélo et en rajoutant une once de surf 😉

Quelques (dernières) infos en vrac et petites généralités 

  • Km total : 6 004 km dont 1 373 km sur la dernière étape 
  • Jours de voyage : 271
  • D+ Total : 61 489 m
  • Étape max : 108 km
  • Vitesse max : 69.8 km/h (difficile de faire plus avec nos vélos : il faut une bonne route, un vent favorable et accessoirement pas de virage en épingle 😉
  • Crevaisons : Victoire par KO de Marjo malgré un sursaut d’orgueil d’Antoine pour sauver l’honneur : 11 – 1
  • 6 cm : c’est en longueur la couture qu’a fait Marjo sur son pneu déchiré, 800km plus tard ça tient toujours 🙂
  • Après plusieurs mois de rythme andin (à 19h on mange, à 20h30 on est au lit), passer au rythme argentin avec ses restos qui ouvrent à 21h, ça fait tout drôle 🙂
  • Pendant que le dimanche vous vous baladez, les Uruguayens, eux, font du rodéo. Rien de plus normal et c’est très chouette à voir 
  • Que ce soit en Argentine ou en Uruguay boire du maté est le sport national 
  • Note pour la suite : ne plus camper sur la plage avec un vent à décorner des bœufs sans sardine de sable 

Conclusion et suite 

On est revenu tranquillement en bus/ferry à Buenos Aires, le temps de retrouver des copains de voyage, de se faire une bonne viande et d’empaqueter tout le matos. A la demande d’un contact cyclo on donne aussi ce soir une mini conférence improvisée sur notre voyage, on verra ce que ça donne…

Bon c’est le moment de conclure… 🙂 On ne va pas vous le cacher, on a passé 9 mois exceptionnels, riche humainement, riche culturellement, riche sportivement, bref riche en tout point sauf peut-être au niveau bancaire 🙂

Bien qu’heureux de retrouver notre monde en France et tout ce qui va avec, on rentre quand même avec un petit pincement au cœur tant le rythme du voyage en vélo nous convenait et tant l’Amérique du Sud nous a apporté 🙂

La suite s’annonce quand même chouette : on passe 1 mois et demi dans l’hexagone puis ayant des visas travail pour le Canada on s’envole le 6 février pour Vancouver…

On vous remercie pour vos encouragements, vos pensées et votre suivi 🙂 On remercie aussi tous les anonymes qui ne liront jamais ce blog mais qui nous ont aidé tout au long du voyage…

On espère vous revoir très vite 
On vous embrasse,

Let’s ride!

Antoine & Marjo 

Finalement ça donne ça 🙂
Vu la taille difficile à dire qu’il y a 6000km dans ces mollets 😉
Rien à dire, il y en a qui sont plus intelligents
Petite pause devant la montagne dite des « 14 couleurs »
La 1ère et la dernière !
Du vert, enfin 🙂
C’est tellement bien fait qu’on ne verrait même pas la couture
A dada sur mon lama
L’Argentine ou le retour de la gastronomie
Petit barbuc entre voisins
L’Uruguay commence bien
Avec Inés et ses potes à Montevideo
P’ti pic nic
Attention chaud devant!
J’espère qu’on ne le retrouvera pas en ouvrant les sacoches à Toulouse
En voilà un qui va pas monter sur un cheval faire du rodéo
Petit camping sauvage
Et boom
Ça passe ou ça casse ?
Emballé… Pour un retour dans le futur?… En attendant back in France!

5 réflexions sur « ¡Asado, Vino y Manu Chao! »

  1. Merci merci merci de nous avoir fait voyager avec vous en partageant vos aventures sur le blog. On sent presque l’air de la montagne, l’odeur des empanadas, mais pas les kms dans les mollets 😉. Bravo à toi ma Marjo pour cette magnifique couture invisible sur un pneu 💪🏻
    En espérant vous voir avant votre départ à Vancouver. Profitez bien des retrouvailles avec famille et amis.
    Je vous embrasse bien fort depuis le bus L7 direction le bureau… Je sais ça ne fait pas rêver, mais l’espace du trajet, j’étais avec vous. Celine

    Aimé par 1 personne

  2. What an epic journey, and thanks for the ongoing updates. Congratulations and all the best for a more ordinary life, it may seem a bit boring by comparison. Still the memories and your joie de vivre will no doubt mean a good life for you both wherever it takes you.

    Jeffry and Richard Your friends from Guadalupe and Dominica

    Aimé par 1 personne

  3. Rien de grand dans le monde ne s’est fait sans passion.
    Bon retour les copains 😘
    Je vous attends

    Aimé par 1 personne

  4. M & A, los recordamos con frecuencia. ¡Saludos!

    Aimé par 1 personne

  5. Bravo pour ce superbe périple ! Et merci de nous l’avoir si bien fait partager, on a vibré avec vous tout au long de ces 9 mois, on s’y serait crus ! gros gros bisous et maintenant on a bien hâte de vous voir !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close